8 millions de .de sacrent l’Allemagne

Vendredi 8 octobre, l’extension allemande a franchi la barre symbolique des 8 millions de domaines. Avec 8 003 000 noms, le .de est la deuxième extension mondiale derrière l’intouchable .com. Magnifique santé pour le Denic qui écrase les autres ccTLD. Rendez vous compte, le .fr ne compte que 297 000 noms, un rapport de 1 à 27 !

Cependant, tout n’est pas à garder dans le .de. Secure Computing a publié une étude sur la répartition des sites pornographiques qui a consacré l’Allemagne, avec plus de 10 millions de pages, comme le premier pays au monde dans ce type de contenu. La zone n’est donc pas très propre, un élément à prendre en compte pour ceux qui veulent ouvrir le .de comme le .fr.

Malgré ces 8 millions de domaines, l’Allemagne n’est pas un eldorado du cybersquatting.
Récemment, on a eu droit au transfert litigieux d’ebay.de et à la suite de la guerre de Pfizer contre les faux viagra avec viagrabestellung.de. Mais ces cas sont rares. Dans notre classement du mois de juillet sur les pays où résident les cybersquatteurs, l’Allemagne n’apparaît qu’au 12ième rang avec 83 cas.

Comment peut-on expliquer le triomphe de l’extension allemande ?

Les allemands sont des accros à Internet (26,3 millions de connectés) qui achètent beaucoup sur le web (67 % des internautes). A cette forte culture web, s’ajoute une charte souple (une adresse postale allemande suffie). Les allemands sont également très attachés à leur extension nationale. Les IDN (domaines accentués), lancés en mars 2004, représentent également 3 % de l’ensemble des noms.

Le MailClub, grâce à des accords spécifiques passés avec son réseau de partenaires allemands vient d’annoncer une baisse de prix à 55 € HT / an sur l’extension allemande. Une opportunité pour les sociétés travaillant avec le marché germanophone ou celles qui disposent d’une version allemande de leur site. Pour vérifier la disponibilité de votre nom de domaine en .de, cliquez ici en choisissant la zone de la Communauté Européenne.