60 % de whois anonymes pour les noms de domaine canadiens

Depuis le mois de juin, les whois des titulaires particuliers de noms de domaine canadiens ne sont plus accessibles. Une démarche à la française en vertu de la sacro-sainte protection des données personnelles. Au détriment des ayants droits ?

Si vous ne trouvez plus les coordonnées whois d’un .CA détenu par un particulier, c’est normal. Depuis le 10 juin 2008, le registre canadien n’affiche plus les renseignements sur les titulaires qui sont des particuliers, ainsi que sur leurs contacts administratif et technique, et pense offrir ainsi à de nombreux titulaires de noms de domaine en .CA une meilleure protection de leurs renseignements personnels. 600 000 noms de domaine canadiens sont concernés, soit plus 60 % du parc total.

Un système proche du .FR français, dont les entreprises ont vécu les désagréments depuis deux ans déjà.

Confidentialité possible pour les sociétés

Le Canada intègre une spécificité locale : une demande de protection de la confidentialité pour les titulaires qui ne sont pas des particuliers.

Pour cela, « le titulaire qui n’est pas un particulier doit certifier qu’il a un intérêt légitime à protéger le caractère privé de l’information ; intérêt qui doit être supérieur à celui des autres titulaires qui ne sont pas des particuliers puisque la nature des opérations ou activités du titulaire est telle qu’une divulgation de renseignements via le WHOIS causerait probablement du mal à un particulier ou au titulaire ».

Un formulaire de protection de la confidentialité en ligne est disponible. Une manière de garder sous silence des projets cachés des sociétés lors du lancement d’une nouvelle marque ou produit par exemple.

Pour en savoir plus :
Lire nos articles sur le Canada