2012, l’année politique des noms de domaine

L’affaire delanoe2008.com vient de se conclure en faveur du Maire de Paris. Le Tribunal de Grande Instance de Paris a décidé d’interdire au Perroquet libéré, site d’opposition politique, l’usage du nom de domaine delanoe2008.com. Pourtant une autre polémique autour de delanoe2012.fr enfle déjà et cela pourrait ne pas être la seule… Tour d’horizon des affaires à venir.

Me Virginie Bouilliez, l’avocate du site d’opposition à Bertrand Delanoë, a déclaré devant le TGI de Paris que le nom de domaine delanoe2012.fr était inscrit sur une liste de noms réservés « à la demande express » du maire. Une information qui laissait supposer que M. Delanoë avait une ambition pour les élections présidentielles qui auront lieu cette année là.

Même si le maire a démenti cet enregistrement, Françoise de Panafieu, candidate UMP à la mairie de Paris, a bien entendu réagi à cette information. « Nous demandons solennellement à Monsieur Delanoë de dire la vérité aux parisiennes et aux parisiens : « êtes-vous effectivement candidat au poste de premier secrétaire du Parti Socialiste et même à la Présidence de la République comme semble l’indiquer votre empressement à réserver un nom de domaine pour 2012« .

Qui se cache derrière delanoe2012.fr, sego2012.fr, sarkozy-2012.fr ou bayrou2012.fr ?

Seule l’Afnic, le registre en charge des .FR, a la réponse à la question de la propriété du nom de domaine de delanoe2012.fr. Le nom enregistré en janvier 2007 appartient à un particulier dont les données personnelles sont protégées. Qui est ce mystérieux anonyme ? Est-ce le même qui a déposé en septembre 2012delanoe.fr ou delanoe-2012.fr ?

Mais ne jetons pas la pierre au maire de Paris. De nombreux noms de domaine associant l’année de l’élection présidentielle à de potentiels candidats ont déjà été déposés, cinq ans avant l’échéance. De gauche (besancenot2012.fr, dsk2012.fr, strauss-kahn2012.fr, francoishollande2012.fr, hollande2012.fr, royal2012.fr, sego2012.fr, segolene2012.fr, segoleneroyal2012.fr…) en passant par le centre (bayrou-2012.fr, bayrou2012.fr) jusqu’à la droite (borloo2012.fr, devillepin2012.fr, lepen2012.fr, nicolas2012.fr, nicolassarkozy2012.fr, sarkozy-2012.fr…), les spéculations sur les prétendants vont bon train et seule l’extension .FR a été étudiée ! Les propriétaires de ces noms de domaine sont principalement des particuliers anonymes. Qui sait, peut-être que derrière ces whois anonymes figurent les coordonnées d’un futur candidat ?

Certains dépôts pourraient alors être l’objet de divers commentaires. « Le président ne pense déjà qu’à sa future réélection », « Dominique Strauss-Kahn ne restera pas jusqu’au bout de son mandat au FMI », « Jean-Louis Borloo prépare sa candidature présidentielle »… Pour 2017, les prétendants sont moins nombreux. Seuls segolene2017.fr et bayrou2017.fr préparent la bataille présidentielle prévue dans… 10 ans. Décidément, internautes et politiques ont une vision à long terme !