Noms de domaine originaux

Le monde des noms de domaine n’a pas attendu le branding du .ME monténégrin pour faire des jeux de mots avec les extensions nationales. love.me a des rivaux ancestraux comme jesuistout.nu, ilike.it ou placeto.be et cela n’est pas prêt de s’arrêter !

Il existe plus de 250 extensions pays rattachées à un territoire. Ces suffixes de deux lettres permettent quelquefois des combinaisons astucieuses.

Prenez le .IT italien. Il peut être intégré dans sa signification anglaise dans des noms de domaine comme make.it, believe.it ou reprendre des célèbres slogans comme le justdo.it de Nike ou imlovin.it de McDO.
Autre exemple, le .BE belge à la sauce être (toujours en anglais) utilisé dans iwanto.be.

Le .IN indien (made.in), le .JE de Jersey (moi.je), le .LA du Laos (jesuis.la), le .LU luxembourgeois (jai.lu), le .OM d’Oman (allezl.om), le .CA canadien (tuaimes.ca) ou le .VU de Vanuatu (tas.vu) peuvent également être utilisés pour des assemblages plus ou moins réussis, je vous l’accorde. N’hésitez pas à nous envoyer vos associations !

Le branding continue de sévir

De nombreux registres nationaux sont conscients de la valeur marketing de leur extension (gloire au maitre du .TV en la matière). Je me suis déjà penché sur la face cachée de certaines extensions nationales avec des zooms particuliers comme l’utilisation du .FM pour les radios.

Ce « branding » à tout va continu. Le succès du .ME (200 000 enregistrements en l’espace de neuf mois) a encouragé ce type de développement.

Depuis, la Malaisie voit dans son .MY, une signification du « mon » anglais. La Slovénie et son .SI sont vendus comme un Oui espagnol. Le .IM de l’île de Man est égal à « Instant Messaging »…

Bref, les combinaisons farfelues que je vous ai proposées n’ont pas fini de progresser. A vos claviers !