Les noms de domaine des pubs TV

Pour la troisième année consécutive, je me suis penché sur la présence des noms de domaine à travers nos écrans publicitaires. En 2009, 85 % des annonceurs présentent un nom de domaine dans leur communication télévisuelle. Un chiffre en légère hausse par rapport à 2008 (83 %). Décryptage.

Chaque année, les jours pluvieux et la nuit tombante aidant, je m’attèle à disséquer les publicités à la télévision pour y dénicher un nom de domaine. Activité peu comprise par mon entourage mais qui permet de satisfaire mon addiction aux noms de domaine. Après tout, on se soigne comme on peut !

Cette année, ce fut d’autant plus facile que les adresses internet pullulent sur nos écrans. Jugez plutôt, 85 % des publicités épiées (sur un panel de cent spots) contiennent un domaine.

Plus d’extensions !

Petit plaisir personnel, la diversification des extensions est plus prononcée que lors des précédentes études (six contre quatre). Bien sur, le .FR continue son règne impitoyable (72 %) suivi du grand frère .COM (22 %), soit les mêmes statistiques que l’année précédente. On retrouve autant de sociétés étrangères en .FR (bmw.fr, mcdonalds.fr, volkswagen.fr…) que de sociétés françaises en .COM (arthur-bonnet.com, decathlon.com, opticiens-atol.com…). Comme quoi, il n’y a pas de règle en la matière.

La variété des extensions 2009 se traduit par exemple via :
– un .EU (merci footlocker.eu !),
– un .NET (bnpparibas.net),
– un .TV (grand respect à renault.tv qui utilise l’extension nationale des Tuvalu) et
– un .INFO pour l’artisanat (tv.artisanat.info) qui aurait peut-être dû suivre l’exemple de Renault plutôt que le sous-domaine TV.

Passons et ne boudons pas le plaisir devant cette pluralité de suffixes qui s’affichent sur nos télévisions. Cela contribue à l’éducation aux noms de domaine et à me sentir moins seul, je l’avoue !

De la mise en valeur au bouche trou

Alors gloire à ceux qui osent et qui crient haut et fort (le son de la publicité me parait toujours plus élevé) leurs noms de domaine. Ils sont 12 % comme Alicebox.fr, Daucyculture.fr, Numericable.fr, Pixmania.com à donner leurs adresses internet via leur voix off.

Une fierté qui n’est souvent que l’arbre qui cache la forêt. Honteusement, ils sont 80 % à préciser leurs noms de domaine qu’à la fin de leur trente seconde de gloire. En bas à droite (cic.fr, lorealparis.fr), en haut à gauche (lancia.fr) ou plein centre (hugocreate.com), les noms de domaine se placent là où l’annonceur a laissé un vide.
Bouche trou le nom de domaine ? C’est parfois pire comme ce pitoyable mangerbouger.fr qui défile à toute allure en bas de votre écran (il faut être sportif pour le suivre !) dans 12 % des réclames.

Tendances 2009

Heureusement que d’autres adresses plus originales aguichent l’œil du spécialiste. Quoi de plus charmant qu’un nom de domaine slogan où Intermarché jure par le discountutile.com quand Leclerc sonde le téléspectateur en demandant quiestlemoinscher.com. Derrière cette guerre des grandes surfaces, la sagesse de Generali (generation-responsable.com) rassure (pas mal joué pour un assureur).

Autre tendance 2009, les noms de domaine produits où la marque est associée : airness-attractionday.com, nestle-fitness.com, nikefootball.com… SFR surfe sur ce mouvement. En plus de neufbox.fr, on retrouve la marque sur lepactesfr.fr ou sfrfoot.fr. Orange semble suivre (orange-origami.fr) mais hésite avec les sous domaines (orangesport.orange.fr).

La concurrence se retrouve même dans les noms de domaine ! Il faut juste regarder la télé et penser à l’éteindre.

Pour en savoir plus :
Accédez à nos précédentes études