Les conséquences de la marchandisation croissante des ressources essentielles d’Internet

Philippe Barbet, Professeur d’Economie, Directeur de l’UFR de Sciences Economiques et de Gestion de l’Université Paris 13, qui est intervenu lors des RINDD2013, nous présente une analyse extrêmement intéressante sur les conséquences de la marchandisation croissante des ressources essentielles au fonctionnement du réseau Internet, et notamment des noms de domaine.

Le fonctionnement du réseau Internet est fondé sur des technologies et des
ressources non marchandes d’une part et sur des relations entre acteurs et des ressources marchandes d’autre part
. Ainsi, les adresses et les protocoles de connexion permettant aux réseaux constitutifs de l’Internet de communiquer entre eux ne sont pas marchands. En revanche, les relations entre les réseaux formant l’Internet sont souvent marchandes et les noms de domaine sont échangés sur un marché qui devient de plus en plus actif.

Cet article analyse le processus de marchandisation des éléments constitutifs du réseau Internet et en anticipe les conséquences. Il montre dans un premier temps que la marchandisation des adresses résulte de l’existence, peut-être temporaire, d’une rareté et qu’elle remet en cause les fondements du réseau. Dans un second temps, il examine les conséquences de la libéralisation en cours de la création des noms de domaine sur l’évolution d’un marché primaire et d’un marché secondaire déjà actifs.

Plan de l’article :

-* Introduction

-* L’épuisement des ressources en adresses IP et la tentation de la marchandisation

-** Les modalités historiques de la distribution d’une ressource abondante

-** Les enjeux et les conséquences de l’épuisement des ressources en adresses

-*** La rationalisation de l’utilisation des adresses existantes

-*** Le relâchement de la contrainte de rareté avec le protocole IPv6

-* Libéralisation marchandisation d’une ressource inépuisable : les noms de
domaine

-** Marché régulé de la création des noms de domaine et rente de monopole

-** La libéralisation de la création des noms de domaine de premier niveau :
un choc d’offre programmé, mais aux conséquences peu évaluées

-** Un marché de la revente des noms de domaine de plus en plus dynamique

-* Conclusion

Cet article est téléchargeable au format pdf sur http://url.mailclub.fr/?barbet