Le .EU rentre dans les mœurs françaises

Le .EU est devenu le quatrième pilier de la stratégie de nommage de base d’une société française derrière le .COM, .FR et .NET. Découvrez, chiffres à l’appui, comment les noms de domaine en .EU ont su se faire une place au soleil en l’espace de trois ans.

Au premier trimestre 2009, le .EU comptait 254 000 noms de domaine enregistrés par des titulaires (sociétés ou particuliers) français. La France se classe quatrième en volume de .EU enregistrés, derrière l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni mais juste devant la Pologne. Cependant, la France a obtenu la deuxième meilleure croissance d’enregistrement lors des trois premiers mois de l’année 2009.

L’Eurid compte quatre .EU pour mille français contre 22 .FR. Si l’extension européenne n’est pas l’extension préférée des français, elle est la quatrième la plus utilisée dans l’hexagone.

.COM, .FR, .NET, .EU, les mousquetaires

Dans ce quatuor, le .COM est incontournable (presque un nom de domaine sur deux, reconnaissance internationale), le .FR est l’extension nationale avec une image de proximité et de sérieux, le .NET est une vraie alternative (deuxième extension générique, 12 millions de domaine enregistrés) face à un .COM saturé.

Enfin, le .EU permet de se positionner comme une entité européenne sans avoir à décliner (et à débourser !) tout de suite les vingt sept extensions pays de l’Union Européenne. Bref, .COM, .FR, .NET, .EU sont devenus les incontournables d’une réservation basique de domaines en France.

Ce marché d’enregistrement de noms de domaine en .EU par des français est largement dominé par les bureaux d’enregistrements basés en France (84 %). En moyenne, un « registrar » français gère 5 000 noms de domaine en .EU contre 3 000 chez nos voisins. Si la France n’est que le huitième pays en nombre de « registrars » accrédités pour le .EU, elle est quatrième en volume géré ! Les bureaux d’enregistrements français ont su promouvoir l’extension européenne auprès de leurs clients.

Mots-clés :