Clavier ordinateur avec symboles chinois

IDNs : quand la France se réveillera…

Nous vous le rabâchons depuis des mois… une révolution est en route avec l’adoption par de plus en plus de pays des caractères non-latins ou latins accentués dans leurs extensions pays (cctlds).

La confrontation de cette conviction avec la réalité du terrain est rude : la prise conscience par nos clients et prospects reste faible, malgré nos efforts et des arguments objectifs réels et convaincants (lire à ce sujet nos articles sur les arguments en faveur des IDNs et l’arrivée de l’internet « glocal »). Même si aujourd’hui plus de 60 extensions se déclinent en IDNs, cette évolution a du mal à toucher la France, où le .fr reste désespérément insensible à cette évolution du nommage, malgré une langue utilisant les accents.

Le fait que notre extension nationale ne se soit pas encore ouverte aux IDNs explique sans doutes le retard dans la sensibilisation des entreprises : si les sociétés du CAC 40 ont quasiment toutes décliné leurs marques en IDNs en .com, la prise de conscience est loin d’avoir atteint les PME, même les plus importantes. Si certains domaines de marques célèbres (que nous tairons dans cet article afin que nos recherches ne servent pas aux cybersquatteurs qui pourraient nous lire…) restent libres en .com, ils sont de plus en plus cybersquattés, idem pour les ccTLDs.

La situation est assez sensiblement différente dans les pays ayant adopté les IDNs dans leur extension locale (Allemagne notamment), et nos clients dans ces pays n’ont plus à être convaincus qu’avoir les déclinaisons accentuées de leur portefeuille de domaines est tout simplement indispensable, pas forcément pour aujourd’hui, mais en anticipation de ce que sera le nommage internet de demain : multi-langues et multi-alphabets. Il est aujourd’hui paradoxal, et frustrant, d’avoir à tenter de convaincre un gestionnaire de domaines qu’il est plus urgent et stratégique de gérer ces déclinaisons que de rajouter trois ou quatre « t » là ou leur marque n’en prend qu’un ou d’inverser toutes les lettres de ses domaines afin de lutter contre un typosquatting certes problématique mais tout de même marginal. Les stratégies de protection systématique en ccTLDs ne sont déjà pas forcément dans toutes les têtes, alors les IDNs…

Nul doute que l’ouverture des domaines avec accents en .FR, qui devrait intervenir selon nous en 2011, réveillera le marché des IDNs en France. Il est curieux et dommage que la France fasse partie des retardataires en la matière. Cela a permis à credit.fr de se vendre près de 600 000 euros sur le marché secondaire il y a quelques mois… souhaitons pour lui que son acheteur (une société italienne de marketing en ligne) réussisse à obtenir crédit.fr lors de l’ouverture française, sinon gare au détournement de trafic !

En attendant, nous réitérons notre conseil en ce qui concerne les priorités à avoir dans une stratégie de nommage :

-* les génériques (com, info, net, …) et le .fr y compris les génériques accentués là où c’est possible et nécessaire.
-* les ccTLDs avec dans l’ordre de priorités les cctlds à dépôt libre et leurs déclinaisons, puis les ccTLDs d’implantation de l’entreprise (actuelle ou prévue)
-* les alternatives typographiques en gTLDs/fr
-* les autres ccTLDs

Le moteur de recherche whois du Mailclub permet de faire des recherches uniquement sur les extensions risquées (dépôts libres) et nous mettons à disposition des visiteurs de notre site un outil de création automatique d’alternatives typographiques.

Au fait, la période sunrise russe pour les .PФ est ouverte depuis la semaine dernière et celle en Arabie Saoudite ouvre le 31 mai ! Eh oui, il se passe toujours quelque chose dans le monde merveilleux des noms de domaine, même si ça n’est pas en France…

Annexe : liste des extensions acceptant des caractères accentués et/ou non-latins.

.ac, .com.ar, .as, .at, .bg, .biz, .com.br, .bv, .bz, .cat, .cc, .ch, .cl, .cn, .co, .com, .cv, .de, .dk, .es, .eu, .fi, .gr, .hk, .hu, .co.il, .in, .info, .io, .ir, .is, .jp, .kr, .li, .lt, .lu, .lv, .md, .museum, .net, .ni, .no, .nu, .nz, .org, .pe, .pl, .pr, .pt, .ru, .рф, .sa, .se, .sh, .su, .th, .tm, .tr, .tv, .tw, .com.ve, .vn

Vous pouvez recevoir la liste des caractères autorisés extension par extension en nous contactant par mail (domaines@mailclub.fr) ou téléphone (+33 (0)4 88 66 22 18). Vous pouvez aussi cocher « IDN (caractères accentués) » dans notre moteur de recherche whois pour obtenir en un seul clic les disponibilités de vos domaines dans toutes les extensions acceptant les IDNs.