Services proposés par Mailclub / SafeBrands

Cybersquatting : Tour d’horizon sur les différentes formes

Nous allons tenter d’énumérer ici les différentes formes de cybersquatting pouvant toucher nos chers noms de domaine.

L’imagination des cybersquatteurs étant sans limite ou presque, il est donc quasi impossible qu’une marque notoirement connue n’ait jamais été victime de cybersquatting.

Nous verrons à la fin de cet article comment vous prémunir de ce fléau.

Cybersquatting

C’est dans cette catégorie que l’on classe les noms de domaine reprenant une marque à laquelle un terme a été rajouté (ex: mamarque-france.com).

Le but étant d’induire l’internaute en erreur en captant ainsi le trafic du site original.

Cette fraude représente la majeure partie des litiges auprès de l’OMPI (1)

Dot squatting

Pratique consistant à enregistrer un nom de domaine sans le point se trouvant après les www. (ex: wwwmamarque.com, qui donnera dans la barre d’adresse de votre navigateur http://www.wwwmamarque.com).

Toutes les grandes marques en sont victimes.

A ce jour, cela représente déjà plus de 360 litiges auprès de l’OMPI.

Dans la majorité des cas, le domaine est récupéré en pré-contentieux.

Dash squatting

Après le point, le tiret … le principe est identique, mais comporte cependant deux variantes.

  1. remplacer le point par un tiret (ex: www-mamarque.com)
  2. insérer des tirets entre les lettres (ex: m-a-m-a-r-q-u-e.fr)

"Seulement" une cinquantaine de litiges auprès de l’OMPI.

Typo squatting

Il s’agit de la plus complexe à déceler du fait, que le cybersquatteur va enregistrer un nom de domaine contrefaisant votre marque (ou société) avec des erreurs typographiques de différentes sortes :

  • oubli d’une lettre
  • ajout d’une lettre
  • doublement d’une lettre
  • inversion de lettres
  • remplacement d’une lettre par une autre proche (ex : le t à la place du y)

Cette pratique représente environ 30% des litiges de l’OMPI.

Tld squatting

Il s’agit de la reprise à l’identique de votre marque ou bien raison sociale dans une autre extension.

Cela représente un fort pourcentage des litiges auprès de l’OMPI.

Mail squatting

Jusqu’à présent pour vérifier s’il y avait un risque potentiel de confusion, vous vérifiez la présence ou non d’un site actif.

Il arrive que lorsque le site ne soit pas actif, aucune action ne soit menée afin de récupérer le nom de domaine litigieux.

C’est une erreur, car site inactif ne rime pas avec pas de préjudice.

Il se peut que le nom de domaine litigieux soit utilisé pour :

  • des campagnes de spams
  • récupérer les emails perdus (ex: erreur de saisie lors de l’envoi)

Porn squatting

C’est le terme employé pour désigner un nom de domaine cybersquatté qui est redirigé vers un site pour adulte.

Et il en existe encore d’autre …

On pourra parler de celebrity squatting dès lors que l’enregistrement du nom de domaine touche une star (ex: la prévision du prénom du futur bébé), ou personalité du monde politique (ex : associer le nom d’un candidat à l’année des élections présidentielles).

Vous pouvez également apercevoir un nom de domaine reprenant le nom d’une marque pour l’associer à des termes péjoratifs, c’est le cyber gripping.

Nous en oublions certainement, mais les plus courant sont là.

Quels moyens pour lutter ?

La première chose à faire consiste à mettre en place une surveillance noms de domaine, afin de pouvoir être informé de l’existence d’un nom de domaine potentiellement litigieux.

Une étude des possibles erreurs phonétiques et visuelles pouvant toucher votre marque est réalisée afin que le périmètre de surveillance soit le plus pertinent possible.

Suite à une analyse détaillée et qualifiée des résultats de cette surveillance, il conviendra d’adopter la meilleure stratégie de récupération en fonction du cas relevé.

La mise en place d’une tacite reconduction permettra également d’éviter le problème récemment rencontré par la communauté de communes de Haute-Cornouaille, dans le Finistère (NDLR : Pays de Châteauneuf-du-Faou), qui a vu son nom de domaine pris par un tiers suite à un oubli de réabonnement.

(1) : Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle