Casse tête chinois en Afrique

Planifiée depuis Juin 2009, la réunion de l’Icann à Nairobi a connu des
hauts et des bas dans son organisation.

Un vent de panique a soufflé en janvier après des émeutes à Nairobi,
suivies en février d’une alerte émise par le gouvernement américain
concernant un risque d’attentat sur le centre de conférence.

S’en sont suivis quelques annulations et hésitations. Heureusement, Rod
Beckstrom, président de l’Icann, a tranché dans le sans de la continuité
et confirmé Nairo et la mise en place d’une réunion secondaire à
Washington, reliée en visioconférence à Nairobi. Certains registrars et
registries y assisteront, au milieu de la nuit pour eux, à différentes
réunions.

Le nombre restreint de participants permettra-t-il une plus grande
qualité d’échange ?

Dans tous les cas, il faudra composer avec une information de dernière
minute : lundi et mardi se déroulera dans le même centre de conférence
un sommet de ministres africains. La sécurité y sera donc encore
renforcée et le challenge est désormais de conserver la fluidité
nécessaire pour une réunion comportant entre 700 et 800 personnes et le
cloisonnement nécessaire pour garantir la sécurité des officiels.

Nick Tomasso, le responsable de l’organisation de l’Icann doit attendre
avec impatience la fin de la réunion ! Tous les problèmes seront
résolus, mais il aura surement mérité quelques vacances. Un safari ?

Retrouvez le carnet de route de Frédéric au congrès de l’Icann de Nairobi sur le site de Libération : http://icann2010.blogs.liberation.fr/nairobi/