Avec ou sans les www ?

Les internautes sont nombreux à saisir les lettres WWW avant une adresse internet. A tel point que de nombreux noms de domaine sont enregistrés avec les trois W pour vous détourner des sites officiels.

Essayez de taper 01net.com dans la barre de votre navigateur internet et constatez le miracle. Vous arrivez quand même sur le site de 01net sans avoir eu à taper les fameux trois W. Aucune contrainte technique n’impose en effet de taper www point quelque chose point extension (exemple : www.01net.com) mais nous sommes nombreux à le faire.

Point Squatting

Un usage qui attire des personnes malintentionnées, quoique… Elles déposent des noms de domaine précédés de www en omettant le point pour récupérer du trafic et… des sous. Concrètement, cela ressemble à wwwgoogle.fr et on a même donné un nom à cette vilaine pratique, le « point squatting ».

Ce n’est pas ma nouvelle lubie, promis. J’ai mené l’enquête auprès des trente sites les plus visités en France (autant prendre ceux qui génèrent du trafic pour illustrer au mieux mes propos).
Conclusion, 100 % des noms de domaine en question sont enregistrés avec les www et très peu appartiennent aux titulaires du nom sans les 3 w (seulement 27 %).
wwwebay.fr, wwwallocine.fr, wwwcdiscount.com ou wwwpole-emploi.fr (cf illustration ci-dessous) sont détournés (63 %) principalement vers des pages dites « parking » qui proposent des liens publicitaires contextuels.

De nombreux litiges

Le détournement de visites reste minime par rapport aux millions d’internautes qui se rendent sur ces sites mais les ayants-droits se doivent de faire respecter leur marque.
Depuis 2000, le centre d’arbitrage et de médiation de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) a tranché plus de 300 litiges de « point squatting ». wwwcaisse-epargne.com, wwwaxa.fr, wwwsanofi-aventis.com, wwwgroupama.com ou wwwredbull.com ont ainsi été récupéré par leurs titulaires légitimes.

Si ces noms appartiennent bien aux sociétés, je ne peux que leur conseiller de les rediriger vers leur vrai site. wwwlaredoute.fr, wwwlequipe.fr ou wwwfree.fr sont inactifs bien que détenus par les bons propriétaires !
Au moins quand la SNCF gagne sa procédure à l’OMPI, elle fait pointer wwwsncf.com vers le nom de domaine sncf.com. Elle récupère ainsi quelques centaines de visiteurs supplémentaires par mois. Ce n’est pas la panacée mais c’est toujours cela de gagner surtout quand on connaît le prix d’acquisition d’un nouvel internaute. Visiteur ultra qualifié de surcroit.

Alors déposer vos noms de domaine avec les 3 W ? Si votre site a une certaine audience, je ne peux que vous le conseiller. Si vous ne le faîte pas, la rançon de la gloire risque de voir ce domaine pris par un tiers. Le « point squatting », nouvel indice de popularité ?

Et un, et deux, et trois, et quatre, et cinq…

Il faut croire quand certains jouent même sur le nombre de w pour miser sur une double, triple voir quadruple faute de frappes. Non, je ne deviens pas fou. D’autres ont plus de vices que moi. La preuve.
60 % des sites étudiés ont leur deux w pris dont 77 % par des tiers. Quand wwfacebook.com vous ramène chez Google… Je ne plaisante pas !
53 % des un w (ex : wdailymotion.com) sont également déposés avec cette fois 87 % de tiers.

Ce n’est qu’à partir des quatre W que le phénomène n’est plus majoritaire avec 33 % de noms enregistrés mais avec 80 % de contrefaisant quand même (wwwwmsn.com). Un petit dernier pour la route ? Cinq W avec 7 % de cas. Honneur à wwwwwYoutube.com et wwwwwYahoo.com.
Yahoo qui a pris le problème à bras le corps. C’est en effet la seule société étudiée qui est titulaire de tous ses noms de domaine « point squattés ». Elle a même redirigé l’ensemble vers son site officiel sauf le cinq w. Il faut bien une limite quand même !