le .CO : la nouvelle extension de référence ?

L’actualité de l’extension colombienne « .CO » est actuellement riche en évènements : désignation d’une nouvelle entité « registre », ouverture le 7 février prochain des sous domaines à tout intéressé, future disponibilité à l’enregistrement du « .CO » en son second niveau,…

Ainsi, nous vous proposons de revenir sur l’ouverture prochaine du « .CO » en son second niveau, à travers l’interview de Lori Anne Wardi, directrice du département marketing auprès de la nouvelle entité gestionnaire, Internet SAS.

Il est à rappeler que l’enregistrement de noms de domaine n’est actuellement possible qu’au troisième niveau (sous domaines) et, réservé aux personnes physiques et morales locales.

Une mini révolution en perspective…

Mailclub.info : Vous venez de reprendre, en tant que nouveau « registre », la gestion de l’extension nationale Colombienne. Comment entendez-vous développer cette extension ?

Lori Anne Wardi : En raison de la nouvelle réglementation, établie en consultation avec les acteurs locaux, le .CO sera présenté comme un « open-ccTLD » ou «quasi-gTLD », ouvert à toute intéressé, quelque soit son lieu d’établissement ou de résidence. Chacun pourra ainsi affirmer sa présence commerciale au plan international et/ou, promouvoir tout autre intérêt en présence.

Le «. CO » permettra l’enregistrement d’un nom de domaine sous une extension distinctive, générique et fiable, à tout requérant, personne physique ou morale, souhaitant assoir ou confirmer ses activités et marques. Tandis que les sous domaines tels que le « .COM.CO », en vertu de prochaine ouverture, continueront d’être privilégiés par des personnes ayant des intérêts locaux et/ou, une présence en Colombie.

Notre objectif à long terme est que le « .CO » devienne l’extension de référence du 21 siècle, dans les domaines du commerce et de l’innovation.

Nous aspirons à ce que cette extension devienne un espace «où les gens pourront réaliser leurs rêves et, où toutes les futures grandes entreprises auront une maison ».

Afin d’atteindre ces objectifs ambitieux, il y a évidemment quelques buts que nous nous sommes fixés à court terme.

Ainsi pour l’année 2010, nos ambitions majeures sont :

– d’assurer une migration sécurisée des 27.000 noms de domaine enregistrés, jusqu’à présent gérés par le registre cédant.

– Établir une infrastructure technique parmi les plus robustes et sécurisée, avec l’aide de notre partenaire « Neustar ».

– Informer les titulaires de marques à travers le monde de la prochaine disponibilité de cette extension, tout en s’assurant de disposer de mécanismes de protection tels que les périodes d’enregistrement prioritaires pour une protection en amont, ainsi que, un système de résolution des litiges Ad-hoc, selon les principes directeurs « UDRP ».

– Implémenter une politique sécuritaire avant-gardiste permettant de préserver le « .CO » des diverses pratiques nuisibles que sont le « phising », le « pharming », les « malwares » ainsi que toute autre pratique menaçante. Mais aussi, protéger les titulaires de marques contre le cybersquatting.

– Travailler en étroite collaboration avec nos bureaux d’enregistrements accrédités et revendeurs dans le but de promouvoir largement le « .CO » auprès du public et ainsi, que sa pérennité et attractivité soient mises en avant.

– Élaborer une large stratégie marketing innovante qui démontre sans ambigüité l’intérêt du « .CO », s’étendant bien au delà du simple enregistrement défensif. Il offre en effet un nombre quasi infini de nouvelles opportunités de protection de marques.

Mailclub.info : Comptez-vous promouvoir le « .CO » comme une extension « corporate » en raison de sa proximité avec le « .COM » actuel ?

Lori Anne Wardi : Notre message fondamental est que « le .CO offre une alternative fiable et distinctive permettant à tout intéressé de mettre en avant sa présence virtuelle ».

Dernièrement, nous avons mandaté le cabinet « Penn, Schoen and Berland » aux fins de réalisation d’une étude ayant pour but de savoir ce que le « .CO » évoquait aux yeux du consommateur.

Après réalisation de milliers de sondages, ledit cabinet a interrogé de manière plus approfondie plus de 600 potentiels requérants à l’enregistrement d’un « .CO », personnes morales ou physiques, à travers les Etats-Unis.

Pour 75 % des personnes interrogées, le « .CO » évoque les termes de « Company (société)», « Corporation », « Commerce » ou, divers termes liés aux activités commerciales.

Ce résultat ne nous est pas apparu surprenant, étant donné que la signification littérale de cette abréviation est le terme « company » dans de nombreuses langues.
Plus de 20 extensions nationales disposent de sous domaines en « .CO ». Par exemple : « .CO.UK » ; « .CO.KR »,…
A la lumière de ces résultats, le .CO aura pour tout requérant un sens précis, avant même l’ouverture future du « .CO ».

Même si le « .CO » est mondialement reconnu et associé aux activités commerciales, notre campagne marketing n’aura pas pour but de réduire l’utilisation de cette extension aux sens communs, à l’exclusion de toute autre signification.
En fait, un des intérêts majeurs de cette extension est, même si elle dispose d’une signification communément admise, d’être largement « flexible ». C’est-à-dire que les intéressés pourront lui donner le sens qu’il souhaite en fonction de l’interprétation qu’ils font du terme ainsi que, de leurs besoins et intérêts.

Cette flexibilité en fait l’extension parfaite pour toute personne ou entrepreneur souhaitant partager du COntenu, créer une COmmunauté, COmmuniquer, COllaborer à certains projets,… Notre objectif étant de promouvoir continuellement le « .CO » comme une extension sure et distinctive.

Mailclub.info : Le « .CO » sera t-il une alternative au « .COM » ?

Lori Anne Wardi : Le « .CO » est la nouvelle extension offrant au consommateur une alternative lui permettant d’affirmer sa présence sur Internet.

Il ne fait ainsi aucun doute que le « .CO » sera une alternative au « .COM », procurant aux demandeurs une multitude de nouvelles possibilités de promotion de leur identité, désormais impossible via l’enregistrement d’un « .COM » (avec ses 85 millions de noms de domaine enregistrés).

Nous percevons le « .CO » comme un nouvel espace ou chacun pourra poursuivre ses rêves et ou, toute une nouvelle génération d’entreprises pourra élire domicile.

Nous prenons de nombreuses dispositions afin de nous assurer que le « .CO » soit un espace sur, sécurisé et fiable. Cela, via la mise en place, par exemple, de mesure sécuritaires protégeant les utilisateurs de diverses menaces comme le « malware », le « phyising », le « pharming » ; prévenant le « domain tasting ; exigeant que les données Whois soit tenues à jour régulièrement et, interdisant les enregistrements en Whois privé.

Le « .CO » est donc plus qu’une alternative au .COM, il en est un complément, pouvant tous deux être utilisés conjointement. Par exemple : le « .COM » pour un nom de domaine destiné aux clients finaux et le « .CO », pour une communauté définie, un contenu média ou social.
Cela peut aussi être un excellent relais pour les titulaires de noms de domaine enregistrés sous une extension nationale telle que le .CO.UK, souhaitant étendre ses activités au niveau international.

Le « .CO » n’est pas et ne sera pas marketé comme une extension subsidiaire au .COM, récupérant le trafic des utilisateurs ayant commis une faute de frappe lors de la saisie du nom de domaine recherché. Mais au contraire, comme une nouvelle extension prometteuse offrant une large diversité d’identifications via un espace fiable et de confiance.

Néanmoins, nous comprenons que les bureaux d’enregistrements et revendeurs puissent se voir adresser par certains clients des questions dans ce sens.
En l’espèce, il est bien entendu justifié d’indiquer à ces derniers que de telles pratiques peuvent exister et ainsi, de leur conseiller d’enregistrer leurs marques en tant que noms de domaine, tout en leur rappelant notre souhait d’établissement d’un espace faible et distinctif.

Mailclub.info : Comment va se dérouler l’ouverture du « .CO » ? Des périodes d’enregistrement prioritaire sont elles prévues ?

Lori Anne Wardi : Voici le calendrier prévisionnel d’ouverture. Certaines dates pourront être amenées à changer.

6 et 7 février 2010 : Transfert de gestion des noms de domaine actuellement gérés par le registre cédant, vers Internet SAS.

Du Ier au 31 mars 2010 : Phase d’enregistrement prioritaire dite « Grandfathering » : Réservée aux titulaires d’un nom de domaine enregistré avant le 30 juillet 2008 sous un des sous domaines nationaux disponibles.

Du Ier au 20 avril 2010 : Phase d’enregistrement prioritaire dite « Sunrise I » : Réservée aux titulaires d’une marque colombienne, enregistrée avant le 30 juillet 2008. Le nom de domaine demandé devra correspondre exactement à la marque détenue. Lorsque plusieurs demandes porteront sur le même nom de domaine, des enchères auront lieu.

Du 26 avril au 10 juin 2010 : Phase d’enregistrement prioritaire dite « Sunrise II » : Réservée aux titulaires d’une marque enregistrée avant le 30 juillet 2008, quelque soit le pays visé. Lorsque plusieurs demandes porteront sur le même nom de domaine, des enchères auront lieu.

Du 21 juin au 13 juillet 2010 : Phase d’enregistrement dite « Landrush » : Tout intéressé pourra prétendre à l’enregistrement d’un nom de domaine au second niveau de l’extension. La redevance sera néanmoins supérieure à celle appliquée lors de « l’ouverture générale ». En cas de demandes multiples portant sur un même nom de domaine, des enchères auront lieu.

A partir du 20 juillet 2010 : l’extension sera ouverte à tous sans aucune restriction.

Pour plus d’informations, je vous invite à visiter régulièrement notre site d’information : http://www.news.com.co

Mailclub.info : Vous mentionner diverses mesures permettant une protection des droits… Pouvez-vous nous en dire plus ?

Lori Anne Wardi : Entre autre, les dispositions suivantes seront mises en place :

Mise en place de différentes périodes d’enregistrement prioritaires permettant aux titulaires de marques d’enregistrer le nom de domaine correspondant en amont.

Vérification manuelle de la validité des marques transmises : Grace à notre partenaire, le cabinet « Deloitte », nous avons mis en place une procédure adaptée nous permettant de contrôler la validité des marques transmises.

Le système de registrar accrédité : Nous avons dix bureaux d’enregistrement accrédités et autorisés à commercialiser les noms de domaine en « .CO », directement ou via leurs réseaux de revendeurs à travers le monde. Ils ont été choisis en fonction de critères stricts ainsi que de leur engagement à développer l’extension.

Blocage de certains noms de domaine «premium » : certains termes ou certaines expressions seront pour le moment bloqués et attribués par la suite à l’issue d’enchères ou de tout autre processus adéquat.

Enchères en cas de demandes identiques : durant ces périodes prioritaires, les titulaires de marques identiques ayant ainsi demandés l’enregistrement du même nom de domaine auront l’occasion de participer à des enchères. Cette procédure apparait plus équitable que l’application du principe du « premier arrivé, premier servi ».

Adoption du système uniforme de résolution des litiges (UDRP) : A l’issue de négociations, l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) sera habilitée à connaitre des litiges relatifs aux noms de domaine enregistrés sous notre extension.
Fiabilité des donnes du Whois : Les titulaires ne seront pas en mesure de cacher leurs coordonnées Whois et auront l’obligation de maintenir ces dernières à jour.

Limitations quand aux marques acceptées : Seuls les marques enregistrées avant le 30 juillet 2008 pourront servir de base à une demande d’enregistrement lors des Sunrises.

Procédure rapide de suspension du nom de domaine : En cas de signalement de pratique de Phishing, pharming,…ou de toute autre pratique menaçante identifiée, nous serons en mesure de suspendre rapidement le nom de domaine concerné. Nous élaborons également une réglementation nous autorisant plusieurs noms de domaine en cas de constatation de cybersquatting.