Argentine: un million de sites Internet victimes d’une erreur

Un million de blogs bloqués par erreur! Suite à la divulgation de documents classés confidentiels sur le site Internet « Leakymails », la Commission Nationale des Communications Argentine a enjoint plusieurs Fournisseurs d’Accès Internet à bloquer les noms de domaine leakymails.blogspot.com et leakymails.com.

Erreur ou saisie maladroite de l’adresse IP

A l’instar du célèbre site WikiLeaks, Leakymails publie sur ses sites Internet des informations secrètes relatives à la politique et à la sécurité intérieure de l’Argentine.
Par le blocage de l’adresse IP 216.239.32.2., la justice argentine a ainsi censuré près d’un million de blogs hébergés par la plateforme « Blogger » propriété de Google.

En réaction, dans un communiqué du blog officiel argentin de Google, le géant de l’Internet dénonce cette situation de surblocage et affirme que la décision de la justice Argentine constitue une atteinte aux droits constitutionnels tels que notamment l’accès à l’information, la liberté d’expression et la liberté d’entreprendre.

Selon Google, « le blocage de sites Web, les adresses IP, les ports et protocoles réseau est une mesure extrême et devrait être limitée à des sites ou des contenus spécifiques ». Ladite suspension doit être « proportionnée et limitée aux fins recherchées ». En effet, la société rappelle la nécessité de préserver les droits garantis aux utilisateurs de l’Internet.

Répétition des situations de surblocage

Les conséquences d’une telle situation, ne sont pas méconnues. En effet, en mars dernier nous vous informions du blocage par erreur de 84 000 sites Internet aux Etats Unis. Dans le cadre de l’opération « Protect Our Children », le gouvernement américain avait annoncé la fermeture de plusieurs sites Internet accusés de pédopornographie.

Par inadvertance, les autorités américaines avaient alors saisi le nom de domaine « mooo.com » appartenant au fournisseur de DNS gratuits « FreeDNS ». En conséquence, les milliers de sous-domaines de ladite adresse avaient été coupés.

En conclusion, ces désactivations créent un climat d’insécurité. En effet, l’interventionnisme grandissant des autorités nationales dans la gouvernance de l’Internet laisse présager une augmentation des opérations de blocage de sites Internet par erreur ou inattention.