Egypte : incidences sur l’Internet

Depuis prés de 10 jours l’Égypte connait une crise civile sans précédents. En raison des nombreuses manifestations, appels à la grève, le pays est plongé dans une instabilité générale entrainant également la coupure nationale de la majorité des systèmes de communications. L’internet Égyptien est notamment impacté…

Cette situation sensible est suivie de près par chacun. Au niveau de l’Internet, l’ICANN a publié il y a quelques jours un rapport de situation relatif au DNS en Égypte.

La plupart des institutions publiques locales sont actuellement fermées suite au mouvement de grève nationale. Les offices nationaux de marques et des sociétés sont notamment fermés pour une durée indéterminée.

Les serveurs DNS : base du fonctionnement d’un nom de domaine

Chaque nom de domaine nécessite pour être actif d’être installé sur des serveurs. Cette installation doit intervenir à plusieurs niveaux :

– Le nom de domaine doit être créé par le registre et installé sur ses serveurs DNS,
– Le nom de domaine devra ensuite être installé par le titulaire sur des serveurs tiers, permettant l’hébergement d’un contenu ou l’établissement d’une redirection.

.EG : accessible depuis l’extérieur du pays

Afin de pouvoir administrer son extension nationale latine « .eg », les autorités gestionnaires disposent de différents serveurs DNS : les primaires (premiers à être sollicités) basés en Égypte et les secondaires basés en Autriche et aux États-Unis.

Les serveurs primaires ont cessé de fonctionner depuis plusieurs jours, ayant pour conséquence une indisponibilité de l’internet sur l’ensemble de territoire nationale Égyptien.

A l’inverse, les serveurs secondaires basés à l’extérieur du pays fonctionnent pour le moment. De ce fait, les noms de domaine égyptiens sont accessibles au reste du monde.

Les serveurs secondaires sont établis afin notamment de prendre le relai en cas de dysfonctionnement ou coupure des serveurs primaires. Ils reprendront donc les informations contenues au sein des bases des serveurs primaires.

Ainsi, en cas de défaut de mise à jour de la « zone technique » des serveurs primaires, les secondaires ne seront plus opérationnels à l’issue d’un certain délai.

L’extension nationale latine inaccessible à tous dans 135 jours ?

Dans son communiqué, l’ICANN explique qu’à défaut de mise à jour des serveurs secondaires (sur la base de la zone des serveurs primaires), ces derniers ne fonctionneront plus dans 135 jours environ.

L’ICANN a alors demandé aux autorités égyptiennes de rendre les serveurs secondaires fonctionnels à l’issue de ces 135 jours, sur la base de la dernière « zone technique » des serveurs primaires. Aucune information supplémentaire n’a pour l’instant été communiquée.

Le .MISR ne dispose pas de serveurs secondaires

L’Égypte détient également depuis peu de son extension nationale écrite en alphabet arabe : « مصر. ».
Cette extension ne bénéficie pas quant à elle de serveurs secondaires. Les noms de domaine enregistrés sous cette extension sont donc inaccessibles pour le moment.

Procédures suspendues

Les procédures d’enregistrement de noms de domaine sont actuellement suspendues et les actions de mises à jour ou modifications éventuelles sur un nom de domaine existant sont impossibles. Les services postaux ne fonctionnant plus les documents nécessaires à la demande d’enregistrement ne peuvent être envoyés aux registres (il existe deux registres différents : l’un gestionnaire du .EG et l’autre de l’extension .MISR).

Le Mailclub vous tiendra informé des évolutions de cette situation grâce à ses partenaires locaux.