La Fondation OpenStack lance Mitaka, la treizième version de sa plateforme de Cloud open source.

A bien des égards, cette nouvelle version montre la maturité croissante du projet, qui a été initialement incubé en 2010 par Rackspace et la NASA.

En effet, au lieu de se focaliser sur une multitude de nouveaux ajouts fonctionnels (bien qu’il en ait un certain nombre), la raison d’être de cette version était de rendre la plateforme plus facile à gérer pour les opérateurs de Cloud et d’améliorer fortement l’expérience utilisateur.

Selon Mark Collier de la Fondation OpenStack : « La raison pour laquelle nous nous sommes fixés cet objectif vient du faite que la plateforme est aujourd’hui utilisée par un nombre important de grands acteurs. »

Il a également souligné que des clients d’OpenStack comme AT & T, Comcast, SAP et Time Warner ont demandé plus de facilité de déploiement. Après tout, il s’agit d’un projet assez complexe. De fait, cette nouvelle version est devenue plus facile à gérer maintenant grâce à la fixation de plusieurs paramètres par défaut pour les composants de base de la plateforme. Ces paramétrages sont basés sur les « best practices » remontés par la plupart des grands opérateurs actuels d’OpenStack. Un exemple concret : la gestion des identités « Keystone » qui permet maintenant aux administrateurs d’intégrer des services comme Active Directory dans la plateforme et qui dispose désormais d’un processus de configuration simplifié.

La nouvelle version met aussi davantage l’accent sur l’expérience utilisateur pour les développeurs d’applications. Dorénavant, ils peuvent se servir d’un client OpenStack unifié, leur permettant d’utiliser un seul ensemble d’appels pour créer des ressources sur la plateforme.

Depuis ces dernières années, on constate un phénomène étonnant : beaucoup de sociétés de télécommunications se servent maintenant d’OpenStack comme le moyen de créer des réseaux virtuels pour acheminer la data au lieu d’utiliser du matériel propriétaire et hautement spécialisé. En effet, si vous êtes un client AT & T, vous avez de bonnes chances que vos appels passent maintenant par OpenStack d’une manière ou d’une autre. Outre AT & T, on peut compter d’autres opérateurs notables comme Deutsche Telekom, Telefonica et Verizon.