New gTLDs : Quelle utilisation faire des fonds résultant des enchères ?

Lors du somment de l’ICANN auquel SafeBrands participe à Johannesburg,  une session vient d’être dédiée à l’exposé des résultats et bénéfices générés par les enchères ayant eu lieu durant le premier round, ayant opposé des porteurs de projets souhaitant obtenir la même extension.

On y apprend que ces enchères ont permis à l’ICANN de recueillir 233 millions de dollars. Il est maintenant temps d’évoquer l’utilisation de cette somme par l’ICANN et donc la communauté, afin de permettre la naissance d’initiatives d’accompagnement.

Pour cela, le groupe de travail a rassemblé les questions provenant de l’ensemble des commissions et travaille désormais sur leur présentation à la communauté, afin que chacun puisse donner son point de vue et que l’on puisse in fine, aboutir à un cadre consenti permettant l’utilisation cette somme.

Il est évident que ces fonds doivent servir à aider les multiples besoins que peuvent avoir les différents membres en raison de leur diversité, mais également servir aux développements de l’ICANN.

Des orientations d’emplois souhaités…

Se pose des questions de forme : est-ce l’ICANN qui doit directement être ne charge de la gestion des fonds ? Une entité tierce doit-elle être crée ? Quelles procédures / cadre doivent-être élaborés ? Comment contrôler le bon fonctionnement et éviter toute allocation détournée ?

Ensuite comment et dans quel but utiliser ces fonds ?

  • Cela doit permettre le financement de projets liés directement aux noms de domaine,
  • Les fonds doivent principalement servir à favoriser le développement, la connaissance et l’évolution d’Internet,
  • Ils doivent bénéficier à des catégories d’acteurs ou de populations ou Internet n’est pas un support facilement accessible,
  • Ils doivent servir à favoriser l’internet libre et ouvert,
  • Ou encore, et c’est un point majeur : Cela doit servir à assurer la promotion des noms de domaine et de leurs extensions auprès de tous, afin que la connaissance du fonctionnement d’Internet, l’intérêt des extensions puissent être mieux appréhendé par le grand public,

Même si une réserve doit être conservée afin de permettre de préserver le bon fonctionnement et la pérennité de l’ICANN.

…mais aussi des limites

Il est également discuté de ce à quoi ne doivent pas servir les fonds :

  • A assurer la mission et les obligations classiques de l’ICANN,
  • A ne pas aider les gouvernements à l’obtention d’une nouvelle extension,
  • A financer le développement d’infrastructure de télécommunications,
  • A financer des opérations de court termes,

Pour le moment la réflexion porte sur le cadre à élaborer et non sur la définition des projets et de leur financement… On est donc encore loin d’aboutir à une utilisation de cette somme dormante.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] vous en avons avions parlé dans nos colonnes suite au précédent sommet ICANN. Le débat se poursuit autour des méthodes de libération et […]

Les commentaires sont fermés.