La présence des nouveaux gTLDs dans notre quotidien.

Lancé en 2012 par l’ICANN, le programme des new gTLDs connait un franc succès et les noms de domaine personnalisés commencent à apparaître au coin de nos rues. De passage en France début mai, Donuts, le registre aux 200 extensions, en a profité pour faire le point sur l’utilisation de ces noms de domaine personnalisés dit « notcom ».

Grâce à ce programme, toute entreprise peut prétendre à un large panel d’extensions, tout secteur d’activité confondu : de la restauration à la finance, de la politique à la mode etc.

Jeff Davidoff, directeur marketing chez Donuts, confirme que « les noms de domaine personnalisés ont l’avantage de donner du sens, d’être facilement mémorisables et de permettre de la créativité alors que beaucoup de noms sont déjà enregistrés en .COM ».

Pour de nombreuses entreprises, l’adoption des nouvelles extensions est déjà ancrée dans leur stratégie marketing. Dans notre vie quotidienne, les noms de domaine personnalisés font leur apparition sur les supports marketing et publicitaires (panneaux publicitaires, magazines, annonce publicitaire etc). En revanche, lorsque l’on tape l’URL, il s’avère que l’utilisation diffère d’un nom de domaine à l’autre :

  • Des extensions qui n’existent pas.

Lors d’un précédent article, nous avions abordé l’exemple de « booking.yeah » qui construit son image sur une extension inexistante dont le lancement n’est pas à l’ordre du jour.

Il en est de même pour la compagnie aérienne hollandaise Transavia qui promeut son duty free en utilisant  « transavia.shop ». Au lancement de la campagne, le .SHOP n’existait pas mais la fiction a rattrapé la réalité : en février 2016, GMO Registry s’est vu attribué les droits d’administration du .SHOP.

  • Des redirections d’URL

En Angleterre, Heroes, sponsor officiel du club Manchester United pour les chaussures, utilise les bandeaux publicitaires en bord de stade. Après vérification, il s’avère que « heroes.shoes » est redirigé vers le site officiel « shoptheheroes.com ». En communiquant avec un nom de domaine plus court, le spectateur (ou téléspectateur) le retiendra plus facilement au détriment d’un dotcom et ses possibles tirets.

  • Personnalisation de votre adresse mail

Uccle, l’une des 19 communes de Bruxelles, a acquis « uccle.brussels » et « ukkel.brussels ». En revanche, le site internet uccle.brussels n’existe pas. L’utilisation ici est dédiée à la personnalisation de son adresse mail.

  • L’utilisation réelle du nom de domaine personnalisé

Alors que certaines entreprises contournent l’utilisation des nouvelles extensions, d’autres en profitent pour (re)construire leur image sur Internet dans le but de se différencier sur la toile et mieux communiquer sur leur activité : Marvel.plumbing, Printnw.rocks, ou encore « location.leclerc » avec la spécification que .LECLERC est un corpTLD.

  • Des marques devenues des noms de domaine

Subtil mais intelligent, la marque de distribution E-Leclerc n’a aucunement besoin de refaire sa stratégie marketing. Grâce au programme de corpTLD, l’enseigne possède sa propre extension « .LECLERC » et le gère à sa façon, pouvant déposer sans contrainte le nom de domaine « e.leclerc ». Avec ses 652 magasins en France, la marque devient en nom de domaine visible par tous.