Clap de fin sur le projet de rachat du .ORG

Les derniers mois ont vu beaucoup d’encre couler autour du projet de cession à Ethos Capital de la gestion de l’extension .ORG par l’Internet Society.

Le deal était soumis à l’approbation de l’ICANN et a provoqué une levée de bouclier de plusieurs acteurs de la gouvernance internet, tant sur le fond (risque de voir passer la gestion d’un extension liées aux activités à but non lucratif à un fond d’investissement) que sur la forme (questionnements sur la transparence du projet).  

L’ICANN vient d’annoncer qu’elle refusait de donner son feu vert, ce qui signifie concrètement que la transaction ne se fera pas.  Dans un communiqué publié ce matin, Andrew Sullivan, le patron de l’Internet Society, se dit déçu de la décision de l’ICANN : « L’ICANN a mis beaucoup plus de temps que nécessaire pour rendre sa décision et, à mon avis, s’est étendue au-delà de ses propres accords et du mandat de ses statuts. Je suis également préoccupé par le fait que l’ICANN s’est montrée beaucoup plus sensible aux pressions politiques que ne le recommanderait son mandat. »

La vente du registre du .ORG devait procurer à l’Internet Society une manne financière importante destinée à financer d’autres projets, mais l’émoi provoqué par le passage au privé d’une telle extension en a eu raison. Cet échec a plusieurs causes : mauvaise préparation, mauvaise communication, manque de transparence, manque d’analyse et d’anticipation des réactions de la communauté des acteurs de l’internet, … La transaction a été préparée comme une opération classique d’acquisition, sans prendre en compte la sensibilité d’une partie du secteur non marchand, très attachée à l’indépendance du .ORG vis à vis des acteurs « capitalistes » du monde des noms de domaine. En plus de cette très mauvaise gestion de la forme, le fond non plus n’a pas été clair, les incertitudes et les zones d’ombres entourant les acteurs liés à Ethos Capital ayant fini de tuer le deal… pour le moment, car nul doute que la volonté de cession restera à l’ordre du jour pour l’Internet Society et que ce dossier reverra le jour sous une autre forme dans un avenir que nous estimons proche, l’ICANN étant passée maitre dans l’art de l’appel/contre appel !